Randonnée Haute-Savoie : La Pointe de Tardevant
Randonnée Haute-Savoie : La Pointe de Tardevant

Randonnée Haute-Savoie : La Pointe de Tardevant

Pour cette semaine, j’ai décidé de vous présenter l’une de mes randonnées préférés des Aravis : La Pointe de Tardevant. Cette randonnée a été LA première randonnée depuis mon retour dans les Alpes et j’y apporte une attention toute particulière pour sa beauté hors norme. Je vous emmène donc avec moi à la découverte d’un morceau des Alpes.

Le Commencement

Avant tout, je vais vous aider à trouve le parking. Il n’y a rien de plus simple. Il vous suffit de partir en direction de la Clusaz, traverser le village pour ensuite continuer de grimper jusqu’aux Confins. Ensuite, rien de bien méchant non plus, rester sur votre cap jusqu’à arriver à un grand parking au pied des montagnes. Plus qu’à vous équiper pour grimper !

Les premiers pas

Ce qui est agréable c’est qu’il est impossible de vous perdre. Tout le chemin est balisé correctement et bien indiqué. Il vous suffit de suivre la première piste en admirant les vaches qui pâturent dans les prés. Quelques chèvres plus tard vous tomberez sur une maisonnette qui n’est enfaite qu’un lieu de repos pour randonneur. Plus qu’à bifurquer à droite avant la maison et maintenant c’est toujours tout droit jusqu’en haut.

L’alpage

La randonnée n’est en soit pas très compliqué en elle même si, comme moi, votre motivation est les paysages à couper le souffle. Personnellement, j’ai été plus que servi. Pendant la randonnée, vous grimpez entre deux barres rocheuses. Cela vous permet d’être à l’ombre (fort agréable).

Un alpage se dessine donc entre les deux. La formation de celui-ci est plutôt abrupte. Vous montez, vous tombez sur un plateau, vous montez, vous tombez sur un plateau, ainsi de suite.

Ce que j’ai le plus apprécié est l’air qui passe dans cette vallée. J’ai pu la pratiquer plusieurs fois et à chaque fois, un petit vent frais vous accompagne jusqu’en haut.

Le Lac de Tardevant

Après presque une heure et demi de marche, j’arrive donc fasse à un lac de montagne. Un petit coin d’eau très souvent à l’ombre. Celui-ci est alimenté par la fonte des neiges au printemps. Un lieu particulièrement agréable pour pique-niquer ou faire un bivouac si l’envie vous prend (je pense vous emmener avec moi d’ici peu). Je vous recommande de prévoir une petite heure de pose à cet endroit pour profiter de la vue.

À ma première escapade à ce lac, j’ai pu observer pour la première fois une espèce emblématique des Alpes et des sommets vertigineux. Je vous explique :

Après un départ un peu tardif du parking, je suis arrivé sur le coup des 11h45 au petit lac. Bien évidemment, la faim a pris le dessus. “Pas le choix, je dois poser mon sac et manger un sandwich !”. J’eus à peine le temps de sortir mon sandwich qu’un cri traversa le ciel et raisonna entre les montagnes. Je pris mon appareil photo et observa le ciel. Un Gypaète barbu passait en face de moi !

Depuis, à chaque fois que je monte à la Pointe de Tardevant, je m’arrête manger au petit lac et j’observe le ciel en espérant le revoir.

En Route vers le sommet

La seconde partie de la randonnée est tout aussi raide que la première. Vous continuez d’arpenter la vallée de long en large. Ce qui est agréable est la différence de paysage que vous pourrez observer. En début de randonnée, vous commencerez en forêt, au frais. Puis, les alpages arrivent et vous ouvrent une vue imprenables sur les montagnes . Après ce petit lac, c’est une tout autre chose. Vous vous trouverez au milieu des rochers ! Optez pour une bonne paire de chaussure.

Une heure de montée plus tard et vous voilà à arriver au col. C’est à ce moment précis que vos efforts sont largement récompensé. Un paysage lunaire !

Le Mont-blanc se dessine devant vous. La dernière chose dont vous avez envie est de redescendre. Votre seul désire est : que le temps s’arrête…

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager

2 commentaires

Laisser un commentaire