DĂ©fi Wolf đŸș: DĂ©couverte du refuge de Tardevant 
DĂ©fi Wolf đŸș: DĂ©couverte du refuge de Tardevant 

DĂ©fi Wolf đŸș: DĂ©couverte du refuge de Tardevant 

Nous sommes dĂ©but Mars, il est grand temps de recommencer Ă  sortir de chez soi et d’aller retrouver nos grands espaces montagnards. Quoi de mieux que de dĂ©couvrir le refuge de Tardevant, notre abri pour le week-end du dĂ©fi Wolf.

Nous sommes jeudi matin, la mĂ©tĂ©o est avec moi et l’appel de la nature devient de plus en plus fort. Sur un coup de tĂȘte, je fis mon sac Ă  dos, mis mes chaussures et c’est pour les Aravis !

Voici ma vidĂ©o qui vous permettra de dĂ©couvrir les lieu ainsi qu’un petit bonus sur mon dĂ©fi Wolf :

DĂ©couverte du refuge de Tardevant + DĂ©fi Wolf

Le but de cette escapade est donc de partir dĂ©couvrir le terrain et commencer Ă  prĂ©voir le matĂ©riel et terminer de planifier ma sortie. Je n’ai pas bien l’habitude de partir en refuge, je prĂ©fĂšre donc commencer dans des zones oĂč je connais un minimum le milieu. De plus, nous partons Ă  la recherche du loup, je dois donc vĂ©rifier si cette zone est un potentiel endroit oĂč je pourrai Ă©tudier la faunes qui y vit. C’est partie pour la dĂ©couverte !

La montée

Le chemin de randonnĂ©e est trĂšs mal indiquĂ©. il faut donc au prĂ©alable s’ĂȘtre renseignĂ© sur le dĂ©part du sentier. Cette zone n’est pas la plus simple pour se repĂ©rer. AprĂšs plusieurs erreurs de parcours, je me gare enfin sur le bord de la route et enfile mon sac pour partir Ă  l’aventure.

Heureusement pour moi, j’ai pu rapidement trouver le dĂ©part du sentier derriĂšre une but dans un champs.

Le chemin serpente dans la foret en longeant un morceau de ruisseau. La montĂ©e est rude dĂ©s le dĂ©but. Il n’y que 650m de dĂ©nivelĂ© positif mais sur une courte durĂ©e. Plusieurs pauses s’imposent. AprĂšs une bonne heure de montĂ©e et quelques ossements sur le chemin, vous pourrez commencer Ă  sortir de la forĂȘt et apercevoir la bergerie. Juste Ă  sa droite, vous trouverez une petite bĂątisse, le refuge de Tardevant. Un petit bout de cabane sur une dalle en bĂ©ton. Normalement cloturĂ© lorsque le berger est prĂ©sent avec ses animaux. TrĂšs agrĂ©able pour garder un peu de tranquilitĂ©.

DĂ©couverte du refuge

Le refuge n’est Ă©videmment pas trĂšs grand. Vous y trouverez simplement une petite table avec un banc qui en fait le tour et deux couchages derriĂšre elle. Un joli petit appartement parisien pour y passer la nuit. La seule fenĂȘtre de ce refuge est au niveau de la table et donne une vue magnifique sur la valet et les montagnes alentours.

Ce refuge est tellement petit qu’il n’y a pas plus de choses dedans. L’essentiel y est donc plus qu’à s’installer pour y passer l’aprùs-midi en vu de mon futur week-end.

Au mois de Mars les tempĂ©ratures sont encore justes. Un petit 3° dans le refuge et un bon 0° avec le vent dehors. Comme vous pouvez le constater, le refuge n’est pas forcĂ©ment bien isolĂ©. Je suis d’accord que ce n’est pas ce que l’on recherche mais un paramĂštre Ă  bien prendre en compte Lorsque nous souhaitons y passer la nuit.

Je vais donc partir avec un sac de couchage avec une tempĂ©rature de confort de -10° pour ĂȘtre tranquille pour la nuit et ĂȘtre en forme de lendemain matin.

Les alentours

Le refuge se trouve au milieu d’alpages. Elle est surplombĂ©e par 2 sommets :

Sur sa gauche, “L’Étale”, le plus haut sommet de la partie Sud de la chaine des Aravis. Il culmine Ă  2483m d’altitude. Son ascension n’est pas des plus faciles. Vous devez passer par diffĂ©rents couloirs glissants et des arrĂȘtes. Si le sommet est accessible, je risque d’aller y faire un petit tour.

Sur sa droite, “La pointe de la Mandallaz”. Un sommet beaucoup plus accessible en thĂ©orie mais pas forcĂ©ment depuis le refuge oĂč nous nous trouverons. Il sera donc Ă  Ă©tudier.

Ainsi que de deux falaises de par et d’autres de l’alpages. Tout est calme, pas de bruit de voitures ou de klaxon. Simplement le vent dans les arbres et de rochers qui tombent de temps à autres.

Mes recommandations

La montée :

Pour accĂ©der au refuge de Tardevant, comme vu plus haut, la montĂ©e est rude. Ce n’est pas un refuge avec un accĂšs facile ou pour randonneur non expĂ©rimentĂ©. Il faut tout de mĂȘme un minimum de forme physique. C’est un court effort d’une heure et quart mais trĂšs intense. Il sera nĂ©cĂ©ssaire de faire des pauses rĂ©guliĂšrement.

Le refuge :

Si vous souhaitez passer la nuit ne montez pas Ă  plus de 2 personnes. Le lieu sera trop restreint. Gardez bien en tĂȘte que la cabane est a dĂ©couvert, donc elle est sujet au froid et Ă  l’humiditĂ©. Montez avec de quoi vous couvrir ainsi qu’un bon sac de couchage pour ĂȘtre sur de ne pas tomber en hypothermie en pleine nuit.

Pensez à bien emmener une lampe torche ou une bougie supplémentaire si vous ne voulez pas vous retrouver au dans le noir rapidement.

Le lieu est trĂšs bien entretenu, vous avez quelques couvertures Ă  dispositions si besoin.

Les alentours :

Vous vous retrouverez au milieu de rien et sur un terrain trĂšs accidentĂ©. Faites trĂšs attention aux risques de chutes de rochers. De plus, le terrain est plutĂŽt glissant, munissez vous d’une bonne paire de chaussures pour ĂȘtre serein et Ă©viter de vous faire une entorse bĂȘtement .

Si vous avez aimĂ© l'article, vous ĂȘtes libre de le partager

Laisser un commentaire